Albert Langue (1921 - 2013)

Le plus grand jazzman montois

albert_langue_2.jpgNé en 1921 à Mons, Albert Langue s'est éteint le 2 juin 2013, à l'âge de 92 ans, au foyer Saint-Joseph à Mons.
Il était considéré à juste titre comme le plus grand jazzman montois. Il avait d’ailleurs été fait citoyen d’honneur de la Ville de Nouvelle Orléans en 1982. Une distinction qui lui fut accordée en récompense pour une passion du jazz qui remontait bien avant la guerre, et pour sa contribution à diffuser le jazz New Orleans. Pendant les années d’occupation, il avait même bravé l’interdit décrété par l’occupant allemand contre les rythmes syncopés. Son groupe de jazz amateur, les "Harlem Swingers", jouait clandestinement durant la Guerre. 

A la libération, son talent pour les notes bleues (il avait étudié la trompette et le violon au Conservatoire de Mons) l’avait fait accompagner, avec l’orchestre des « Dixie Stompers », les plus célèbres vedettes américaines lors de leurs tournées en Europe et en Belgique. C’est également grâce à Albert Langue que l’air du Doudou fera le tour du monde. Il jouera en effet le leitmotiv devant Sidney Bechet, qui l’adaptera à la sauce jazz. Cette version fut enregistrée à la SABAM le 20 octobre 1955.

En plus de tout cela, Albert Langue était un « Montois Cayau » dans l’âme. Il avait servi sa ville de diverses façons, d’abord en travaillant à l’administration communale où il fut notamment le chef de cabinet des bourgmestres Léo Collart et Abel Dubois, puis en devenant le directeur du Théatre Royal de Mons. C’est à lui encore que l’on doit le Festival International des Musiques militaires (dans le cadre du Doudou), « Mons Passé Présent » ou « La Maison du Jazz » qu’il avait co-fondée en 2000.

Au terme d'une vie bien remplie, une vie consacrée à la musique, il laisse derrière lui sept petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants.

albert_langue.jpg

 albert_langue_doudou.jpg

Vidéo Albert Langue