Fernand Dumont (1906-1945)

Chef de file méconnu du surréalisme hainuyer 


Le 28 décembre 1906 naissait à Mons, le poète Fernand Dumont (Demoustier de son vrai nom), pseudonyme choisi par amour pour sa ville natale. Sa trop brève existence - il disparaît dans les camps nazis le 15 mars 1945 âgé d'à peine 39 ans - se révèle pourtant féconde, depuis ses années d'entrée en surréalisme vers 1932 à son arrestation le 15 avril 1942 par la gestapo, en pleine séance du tribunal de Mons.

Fernand Dumont est un artiste à plusieurs facettes, il est à la fois poète, écrivain, dessinateur, photographe, jazzman mais aussi avocat de profession... et franc-maçon.

Ami de René Magritte et d'Armand Simon, entre autres, il devient membre du groupe Rupture dès 1935 et ce, après avoir rencontré André Breton en 1933. Il génère ainsi à Mons une activité poétique et littéraire liée à celle du Surréalisme parisien en tentant de concilier l'action régionale avec l'expérience internationale du Surréalisme.
En 1939, Fernand Dumont et Achille Chavée s'imposent comme les chefs de file du surréalisme hennuyer à travers la constitution du Groupe surréaliste de Hainaut.

Figure poétique et littéraire majeure du surréalisme en Belgique, l'œuvre de Fernand Dumont reste mince mais révèle une originalité et une qualité d'écriture exceptionnelles.

Repères

  • 1906: Naissance le 28 décembre de Fernand, Désiré, Charles, Adolphe Demoustier, au 20 de la rue des Compagnons à Mons.
  • 1922:  Premiers poèmes d'influence Parnassienne sous le titre Jalons.
  • 1923: Rencontre Achille Chavée et Armand Simon à l'Athénée Royal de Mons
  • 1925: Débute des études de droit à l'U.L.B. Mariage civil avec Christine de Bruycker
  • 1930: Diplômé en droit et prestation de serment au barreau. Poursuite de l'activité poétique, il se donne comme but de "rende l'atmosphère de Mons", dont il faut dégager la synthèse, la personnalité.
  • 1931:  Premiers contacts avec le Manifeste du surréalisme.
  • 1933:  Rencontre d'André Breton à Paris ; il parle d'un "éblouissement moral". Il y rencontre aussi Paul Eluard, René Crevel et Benjamen Péret.
  • 1934: De retour en Belgique, création du groupe Rupture à La Louvière rassemblant A. Chavée, A. Lorent, A. Ludé et M. Parfondry, les surréalistes du Hainaut. Début de la rédaction La Région du coeur, titre inspiré par sa femme. Il dit :"J'avais finis pas découvrir en 1932, qu'en prose au contenu poétique soutenue par la trame d'un récit convenait mieux à mon tempérament que le poème."
  • 1935: Adopte le pseudonyme de Dumont par amour de sa ville natale. Rupture examine la proposition de Dumont : la publication d'une revue. Le 20 août : parution du Bulletin International du Surréalisme signé par le groupe de Bruxelles et du Hainaut.
  • 1936: Font désormais partie du groupe Rupture : 1. Chavée - 2. Demoustier - 3. Dieu - 4. Havrenne - 5. Lorent - 6. Ludé - 7. Parfondry.
  • 1937: Début de la rédaction de A ciel ouvert, trente et un poèmes écrits en un mois publiés en juillet de cette année aux Editions des Cahiers de Rupture. "C'était pour moi l'époque de la découverte du jazz. Tous les soirs, [...] nous courrions les petits cafés du bas de la ville à la recherche de quelque disque de Fats Waller ou de Teddy Wlson." Séparation d'avec Christine.
  • 1938: Il entreprend la rédaction de La Dialectique du hasard au service du désir. Début des contacts avec Marcel -G. Lefrancq, photographe, poète et collagiste. Les deux hommes se passionnent pour la photo er arpentent les rues de Mons.
  • 1939: Mariage avec Georgette Chamart à Nimy. Voyage à Paris et contacts avec les surréalistes fançais. Eclatement du groupe Rupture et séparation entre les partisans de Trotsky (A. Lorent et A. Ludé) et ceux de Staline (A. Chavée et F. Dumont). Création à Mons du Groupe Surréaliste en Hainaut par Achille Chavée et Fernand Dumont que rejoignent Armand Simon, Constant Malva, Marcel Lefrancq, Louis Van de Spiegele, Pol Bury et Lucien André. Dumont rejoint la formation de Jean Leclère, les Dixie Stompers, un septet de passionnés. Il joue de la trompette et du cornet.
  • 1940: Naissance de Françoise, son unique enfant. Exode le 14 mai, en voiture, après le bombardement de Mons, vers Evreux, Mayenne, Laval, puis Tours. Ensuite le train vers Toulouse, via Bordeaux, jusqu'à Toulouse. Il ne s'y plaît pas. "Ici, la vie est plus moche que jamais. Le temps est gris, pluvieux et maussade." Septembre : retour à Mons. Reprise de ses activités professionnelles. Achève le Traité des Fées dédié à sa fille Françoise.
  • 1941: Il déménage à Obourg. Contacts avec Christian Dotremont. Concerts de jazz à Elouges et à Tournai. Fernand Dumont et les Dixie Stompers remportent le tournoi de jazz amateur du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
  • 1942: Publication aux Editions Ça ira à Anvers du Traité des Fées et poursuite de la rédaction de la Dialectique du hasard au service du désir. Décès de son père. Suspect aux yeux de l'occupant, il est arrêté par la police allemande en pleine séance du tribunal de Mons. Il est incarcéré à la prison de Mons.
  • 1943: Avril, transfert à la citadelle de Huy. Octobre, transfert dans un Camp de concentration de Herzogenbusch en Hollande.
  • 1944: Transfert au Camp de concentration de Sachsenhausen, ensuite au Camp de Neuengamme.
  • 1945: Transfert au Camp de Bergen Belsen en Allemagne où il meurt le 15 mars.