Actions sur le document

23 août 1914: la Bataille de Mons

Combats virulents à Nimy

14_18_08.jpgL'engagement se déroule sur plusieurs jours et les combats sont concentrés le long de la ligne de front du canal. Les premiers combats eurent lieu déjà le 21 août lorsque des escadrons britanniques firent des reconnaissances avancées lors de quelques escarmouches au niveau entre autres de Casteau.

C’est lors de la journée du 23 août que les combats commencent véritablement. Les assauts de la gare d’Obourg sont brefs et ralentissent les Allemands. Un soldat britannique, juché sur la toiture de la gare d’Obourg, permet à tous ses compagnons d’armes de battre en retraite en continuant à tirer sur les ennemis. Mais c’est à Nimy que les combats les plus virulents ont lieu. L’infanterie allemande tente un premier assaut en matinée au niveau du pont de chemin de fer. L’autre, le pont route, avait déjà été mis hors d’usage par les Britanniques. Une compagnie du 4e royal Fusiliers et une mitrailleuse du lieutenant Dease défendent seules ce passage. Le feu nourri des Britanniques est particulièrement puissant et les Allemands perdent de nombreux soldats à cet endroit.

14_18_10.jpgAu pont de Nimy, le lieutenant Dease prend le contrôle de sa mitrailleuse après la mort ou la mise hors de combats de tous les hommes de sa section, continuant le tir malgré les blessures reçues. Après avoir été touché à plusieurs reprises, il est évacué au centre de soins du bataillon où il décède.
Au pont de Ghlin, le soldat Sydney Godley prend la place de Dease. Il se rend après avoir démonté sa mitrailleuse et jeté les pièces dans le canal. Ces deux soldats sont les premiers soldats de la première guerre mondiale à recevoir la Victoria Cross.

Vers 14h30, sous le poids des attaques allemandes, les Britanniques se rendent comptent que les positions sont devenues intenables. De nombreux bataillons qui défendent le saillant ont subi de lourdes pertes. Les soldats britanniques battent en retraite vers Mons. Les Allemands ont déjà commencé à pilonner le village de Nimy où de nombreuses destructions ont lieu. Une fois arrivés dans le village, les Allemands brûlent plusieurs habitations et tuent quelques habitants.

Boucliers humains, dont le Bourgmestre Jean Lescarts

Une partie des citoyens de Nimy était déjà partie vers Mons afin de se protéger des balles. Aussi, les Allemands font sortir quelques habitants de chez eux et commencent à les utiliser comme boucliers humains. Ils décident de suivre les Britanniques dans leur retraite et arrivent à Mons. L’état-major britannique était déjà parti de la ville et les bombardements commençaient à se faire virulents : En maints endroits de la ville, les balles de shrapnels viennent tomber sur les toits, dans les cours, contre les façades, hacher des branches d’arbres aux boulevards. Les rues deviennent désertes, mais soudain une nouvelle angoissante avait volé de maison en maison : les Allemands arrivaient, ils étaient aux abords même de Mons (notaire Hambye).

Lors de leur entrée par la rue de Nimy, les Allemands sachant qu’ils allaient recevoir un accueil particulier de la part de quelques Britanniques embusqués dans la rue, décident de continuer leur technique d’utilisation des civils comme boucliers humains. Ce système fonctionne particulièrement bien car les Britanniques se retranchent vers la Grand-Place et descendent sur la Grand’rue. Une fois arrivés sur la Grand-Place, les Allemands rajoutent à leur groupe de civils le bourgmestre Jean Lescarts. Celui-ci est alors obligé de marcher devant le peloton. Vers 16h10, le groupe se retrouve auprès du Trou Houdart dans le haut de la rue de Bertaimont. C’est à cet endroit que les Britanniques décident d’y recevoir les Allemands. Lors de la fusillade, les civils affolés se jettent à terre, s’évadent en courant, rampent le long des façades vers tous les abris possible mais les Allemands, postés derrière les civils, tirent et tuent 5 personnes, dont un mourra à l’hospice. Ils font également plusieurs blessés.

Témoignage du Notaire Hambye

Une vision globale d’un citoyen de Mons nous présente cette journée du 23 août : Le jour se lève triste et plein d’inquiétudes. Le canon se fait entendre vers 10h00 du matin et prolonge ses échos terribles jusque la nuit. De violents combats se sont engagés sur une étendue de plus de 10 lieues. Les Allemands qui ont subi de grandes pertes de tous cotés parviennent en ville dans l’après-midi et se dirigent vers Jemappes et le Borinage où l’action reprend une nouvelle vigueur.

Furieux d’avoir eu leurs rangs décimés et abandonnant tout sentiment d’humanité, les envahisseurs arrêtent sur leur passage à Nimy de paisibles habitants, des femmes, des enfants qu’ils mettent en tête de leurs troupes ; ils incendient 76 maisons et sèment partout la terreur. 8 hommes, 3 femmes et une jeune fille sont massacrés sur la route. Les nombreux otages poussés devant les troupes font arrêt au bas de la rue de Nimy le long du mur de la caserne…

De notre chambre nous voyons arriver par la rue du Parc un groupe de 200 soldats habillés de gris, coiffés du casque à pointe et armés de fusils. Ils sont en attitude de chasse, observent les fenêtres et sont prêts à faire feu. Ils passent devant notre habitation, la cruauté au visage, et remontent la rue du Mont de Piété [actuellement rue du 11 Novembre]

En ville, rue de Bertaimont, quelques maisons ont été incendiées par la fureur des Allemands. Ils rendent les Belges innocents responsables des pertes considérables que les Anglais leur ont fait subir… La population est dans l’anxiété et craint d’être placée sous le régime de la terreur (Notaire Hambye).

"The beginning"

Cependant, la bataille de Mons n’est pas encore finie, les Britanniques et les Allemands se battent toujours dans le village d’Hyon, à Jemappes et dans tout le Borinage. À la Bascule, les troupes britanniques vont encore montrer toute leur efficacité. Sur ce retranchement, une poignée de soldats britanniques permet au B.E.F. de faire retraite en empêchant les Allemands de les encercler. C’est vraisemblablement à cet endroit que seraient, d’ailleurs apparus les fameux Anges de Mons.

Cette bataille de Mons reste gravée dans la mémoire des Britannique comme une victoire tactique et restera « The beginning » de la première guerre mondiale. Le souvenir de la bataille de Mons résonne encore chaque année lors des commémorations aussi bien à Mons qu’au Royaume-Uni.

mons14-18.jpg
Vidéo "The First and the Last"

A noter
English version on Visit Mons.