Information

Vous vous posez des questions sur la vaccination, le Covid Safe Ticket ou le port du masque à Mons ? Cliquez ici pour en savoir plus !

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

La Ducasse se prépare à l’arrivée du gobelet réutilisable

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / La Ducasse se prépare à l’arrivée du gobelet réutilisable
Depuis 2019, l'intention du collège communal est claire : ne plus voir la Grand-Place et les rues du cœur de ville remplies de tonnes de gobelets et autres déchets pendant la Ducasse.

L’usage du gobelet réutilisable est tout naturellement envisagé, réfléchi, concerté avec les cafetiers et introduit progressivement dans quelques événements festifs organisés par les services de la Ville. En 2019, les Montois ont ainsi pu se familiariser avec ce nouveau système lors des apéros afterwork, du Verre du Maieur ou encore au petit Doudou… Le COVID est venu freiner cet élan. 

Lorsque début mars, l’application du code jaune du baromètre corona, mis en place par le fédéral, a enfin permis d’envisager l’organisation du Doudou, la joie fut immense au sein de la population. Néanmoins, il restait à peine quatre mois pour tout organiser, et discuter à nouveau autour du gobelet réutilisable. D'autant qu’entretemps, malgré la pause forcée du monde événementiel, deux arrêtés ont légiféré en matière d’utilisation de plastique à usage unique, dont les gobelets de boissons :

L’Arrêté de la Région wallonne de juillet 2019 stipule qu’à partir du 1er janvier 2021, dans le cadre d'événements soumis à autorisation, les récipients en plastique à usage unique pour le service de boissons sont interdits, à moins que ceux-ci ne fassent l'objet d'une collecte sélective en vue de leur recyclage

L’Arrêté royal de décembre 2021, relatif aux produits à usage unique et à la promotion des produits réutilisables, interdit de mettre sur le marché pour la première fois les produits en plastique à usage unique. 

Egalement, une directive européenne dite "SUP" (Single Use Plastic) de 2019 oblige les Etats membres de l'Union Européenne a transposer dans leur droit l'interdiction de ne plus utiliser des plastiques à usage unique. Cette décision sera effective dès 2023 dans les 27 Etat membres de l'UE.

Dès lors, le collège communal se résout naturellement à faire respecter la loi, ce qui diminuera par la même la pression exercée sur les équipes de nettoyage, et œuvrera à une Ducasse plus propre. Cependant, la mise en place du système de gobelets réutilisables pour des festivités de l’ampleur du Doudou est très complexe, singulièrement en si peu de temps. À ce jour, aucune festivité de cette taille n’a encore été organisée avec l’utilisation exclusive de gobelets réutilisables en Belgique. Par ailleurs, le secteur de l’horeca a énormément souffert pendant la pandémie. Une telle adaptation, en un temps très court, serait une contrainte importante pour une année de reprise décisive sur le plan financier.

Solution mixte pour la Ducasse 2022

Compte tenu de ces aspects, les autorités proposent un compromis, une solution mixte : les cafetiers devront servir dans les gobelets réutilisables les mercredi et jeudi de la semaine de Ducasse, ainsi que le dimanche du Petit Doudou (comme en 2019). Les autres jours, les autorités tolèreront un système mixte où les gobelets jetables et les gobelets réutilisables cohabiteront. Evidemment il faudra déployer tous les efforts possibles pour pouvoir recycler un maximum de plastique jetable en multipliant les poubelles et les ramassages.  

Nicolas Martin, bourgmestre de Mons : « En 2023, les gobelets jetables seront purement et simplement interdits partout en Europe et donc en Belgique. Il nous faudra donc un système adapté à notre ducasse en 2023, qui intègre complètement l’usage des gobelets réutilisables. L’expérience que nous allons mener cette année le mercredi et le jeudi est donc essentielle, il faut la considérer comme un test qui nous permettra d’évaluer les forces et les faiblesses de ce dispositif. Quoi qu’il en soit, cela aura pour effet de diminuer drastiquement le volume de déchets lié aux gobelets en plastique qui jonchent habituellement notre espace public après les nuits festives de la Ducasse, ce qui est une avancée importante sur le plan environnemental.  »

Autre événement qui permettra au secteur horeca et aux autorités de faire le point : la Cavalcade de Jemappes de la mi-avril, qui sera organisée avec des gobelets réutilisables et sans caution.

« Beaucoup de cafetiers craignent le système de caution (un gobelet vaut 1€), explique Charlotte De Jaer, échevine en charge de la Propreté à Mons. « Le comité organisateur des fêtes et les cafetiers ont souhaité essayer un système sans caution. Il s’agit donc de responsabiliser les gens, de leur demander de ramener leur gobelet au bar plutôt que de le jeter par terre. Evidemment on souhaite tous que cela marche, que les gens soient respectueux de la propreté de leur village et jouent le jeu. On analysera pour en tirer des conclusions ».  

À cela s’ajoute également l’initiative de certains établissements du Marché-aux-Herbes, qui serviront désormais leurs chopes dans des gobelets réutilisables le vendredi soir, sans caution également.  « Il faudra beaucoup communiquer, sensibiliser. Mettre en place des astuces comme par exemple des récompenses pour ceux qui ramènent un nombre important de gobelets. Mais on va y arriver. Les Montois s’habitueront à cette nouvelle manière de faire la fête », expliquait un gérant de café lors d’une des réunions de concertation avec la Ville.   

« Beaucoup de Montois se réjouiront de voir disparaître le gobelet jetable et de faire la fête en générant moins de déchets, contribuant ainsi à une ville plus propre. Certains établissements ont déjà l'envie de sauter le pas et de travailler exclusivement en réutilisable. La Ville souhaite pour ceux-là créer un label spécifique, que nous mettrons en avant de diverses façons, notamment dans les canaux de communication de la Ville. Les fêtards sauront qu’à ces endroits ils boiront dans des gobelets réutilisables uniquement », conclut l’échevine de la Propreté Charlotte De Jaer.

Actions sur le document